Logo La Serrezuela

Gira tu smarthphone - Turn your smarthphone

Transforme seu smartphone - Allumez votre smartphone

preloader
logo top

En plein Centre de Carthagène, Patrimoine Historique de l'Humanité, se trouve La Serrezuela, l'icône et référence historique de la ville au XXème Siècle. Vivez une expérience unique de shopping, tout en profitant de l’offre culturelle et gastronomique, dans un cadre empreint d’histoire, d’architecture et de design.

Ses plus de 22.000 mètres carrés ont été conçus avec comme axe central la restauration de l'ancien Cirque Théâtre, dans le but de créer une nouvelle Place La Serrezuela, dont le design est une combinaison entre le culturel, le gastronomique et le commercial, et de créer dans la ville un nouvel espace sans précédent.

Manifeste

De ces murailles épiques qui entourent un patrimoine historique et culturel, émerge un monument imposant qui intègre la merveilleuse histoire d’une ville et la modernité architecturale.

Un monument culturel qui renaît pour devenir l'épicentre quant à la culture, à la gastronomie et au commerce de luxe, dans une ville historique qui attire le monde entier. Un lieu iconique pour ceux et celles qui sont à la recherche d’expériences inoubliables.

Une promesse qui représente l'idéal de ceux qui ont conçu La Serrezuela et qui ont cru en sa deuxième vie pour offrir des expériences mémorables à ceux et celles qui souhaitaient la voir revivre.

HISTOIRE
DU CIRQUE THÉÂTRE

watermark

En 1893, grâce à l'initiative de Don Pedro Martínez, est construite la première Place, là où se trouve aujourd’hui l’Exito de San Diego. La structure en bois, dont la construction a été dirigée par l’espagnol avisé, José González « Torerin », a été démontée à la fin de la guerre civile.

Entre 1906 et 1908 est née l'initiative de construire une nouvelle place, cette fois par les frères Carlos et Fernando Vélez Danies. C’est l'architecte mexicain José ‘Torerín' González qui a convaincu les propriétaires de la compagnie Vélez Danies & Co. de la nécessité de construire des arènes pour les supporters de la tauromachie de Carthagène, car il n'existait aucune scène de cette nature dans la ville. Ainsi est construite la deuxième place à une rue et demie de distance de la précédente, dans la Serrezuela. Les travaux étaient sous la responsabilité de Monsieur Julio Vilostras , un Grec aventureux qui s’était établi à Carthagène, y obtenant le titre de meilleur artilleur et ingénieur militaire, et de Don Manuel Martelo Jiménez, originaire de Carthagène et personne de confiance de la famille Vélez Danies.

En 1930 est inaugurée la troisième place, œuvre de Don Fernando Vélez Danies, qui confie le chantier à Monsieur Marcial Calvo, ébéniste reconnu et artisan qui s’était rendu au Venezuela, où il avait recueilli les détails des arènes de Maracay et de Caracas pour les incorporer à la structure.

La Place comprenait deux types de construction, la première qui correspondait aux arènes taurines, avec ses escaliers d’accès et ses toitures construites en bois avec des lames de zinc pour l’élément de finition, et la deuxième, pour l'opération d'événements taurins et cinématographiques, construite en ciment et en béton.

L'immeuble adopte son style Mudéjar, s'inspirant des arènes monumentales Maestranza, prenant comme référence pour celles-ci une photographie du Palais de l'Alhambra (Espagne). Cela lui confère un style maure que l'historien Ronaldo Bossa fournit au constructeur Marcial Calvo, selon les instructions de son propriétaire Don Fernando Vélez Danies. L’arène a été inaugurée officiellement le 18 mai 1930, avec une capacité de 4.000 spectateurs, 51 balcons inférieurs, 74 balcons supérieurs de 6 sièges, et un avant-balcon supérieur circulaire.

En 1935 ont été réalisées des adaptations pour la présentation des spectacles de théâtre et de cinématographie, d’où son nom de « Cirque Théâtre ». Le 5 février 1973 a eu lieu la dernière corrida à la Serrezuela. Cette année-là, avait déjà été créée la Corporation de Ferias Taurines de Carthagène, pour construire les nouvelles Arènes. À travers le Conseil de district, il a été interdit de présenter des spectacles de taureaux dans les arènes de merengue, qui ont été déclarées en 1995 Patrimoine National et qui, progressivement, sont tombées en ruines étant donné la rentabilité nulle de la propriété à ce moment-là.

Aujourd'hui, la place renaît pour devenir La Serrezuela, épicentre de culture, de gastronomie et de commerce de luxe. Un lieu iconique pour ceux et celles qui sont à la recherche d’expériences inoubliables.